La pêche miraculeuse

Chers amis.
Voici ce que j’écrivais le 23 mars à Claude Martin, Président de l’association des vitraux pour Romilly.

En avant-première, je vous écris les prémices du premier compte rendu de la reprise des travaux pour Romilly. J’ai donc remis sur l’établi mon ouvrage.

Le travail informatique est terminé, c’est-à-dire la mise à l’échelle de mes maquettes couplées aux photos de la baie in situ quand
l’échafaudage, que les pierreux avaient installé pour la restauration de la voute du transept, était encore en place. L’agrandissement des cartons est fini. A l’échelle conforme aux dimensions relevées sur place. J’ai réalisé les patrons de coupe et de montage. Mardi J’irais choisir les verres à Saint Just. J’amènerais avec moi Pascaline et les deux nouvelles stagiaires Hélène et Patricia. Pour sûr nous n’allons pas tous dans le même état d’esprit, pour elle c’est la joie de la découverte d’une manufacture et d’un travail spectaculaire, pour moi le stresse d’un choix décisif. On a beau être champion de natation, le moment où l’on se jette à l’eau lors d’une compétition est crucial et est toujours ressenti avec des sentiments mélangés d’excitation et de crainte.

J’ai fini pour cette année la commande de la chapelle des Saisies. Je vous joins un bref compte rendu.

%%wppa%%

%%slide=17%%

J’ai donc tiré les maquettes de La Samaritaine, L’aveugle né, et la pêche miraculeuse en grand et je les ai affichés chez moi, dans mon entrée. Mercredi soir nous irons à l’opéra avec les passeurs de fresques de Troyes qui viennent voir en première à Lyon « Auguste », opéra dont Badinter à signé le livret.

Voila pour les nouvelles.

Le premier avril (ce n’est pas un poisson) j’enverrais le compte rendu et pour reprendre les bonnes habitudes il en sera établi un tous les débuts de mois. Amitiés

Ce à quoi il m’a répondu, en quelques sortes, que j’étais bien gentil mais que ce n’était pas les bonnes baies. Etourderie d’artiste sans doute !

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je me suis dit que c’était de l’avance pris sur l’année prochaine et j’ai donc remis sur l’établi mon ouvrage (bis répétita). La semaine a été consacré à refaire les mêmes étapes avec Nicodème. Je n’ai pas reporté mon rendez-vous à Saint-Just. J’ai choisi mes verres. Le rose à l’or est splendide mais la facture est salée. Après la visite des passeurs de fresques de Troyes qui fut un bon moment de divertissement, le long Week-end de Pâques m’a permis d’avancer mon travail.

Ce mois de mars est interminable. Le froid perdure et j’ai le sentiment que tout ce que j’entreprends se heurte à une opposition farouche. Les nouvelles ne sont pas bonnes, si en 2014 mes petits enfants vont à l’école le mercredi matin, s’en sera fini de nos escapades et du camping sauvage du mardi soir ! L’hiver finira bien par abandonner, mais en attendant je me fais violence pour ne pas céder à la paranoïa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *